top of page
Search

ONIX HYDROFOILS - UN EXEMPLE CONCRET DE COMMENT RÉORGANISER NOTRE SOCIÉTÉ

Updated: Mar 22

Les jours de pluie à Tarifa sont assez rares pour que je puisse me détendre avec une tasse de café et prendre le temps de réfléchir sur pourquoi OnixFoils est une marque très spéciale et un exemple concret de la façon dont l'industrie des sports nautiques - mais pas seulement celle-ci - devrait se réorganiser en profondeur. Dans cet article, je présenterai notre vision et nos actions concrètes pour la manifester. Je vais essayer de ne pas me répéter et de ne pas trop comparer avec d'autres industries, en donnant des chiffres réels que je connais à 100% pour être aussi percutant que possible. Je pense vraiment que ce que nous faisons chez ONIX se développe déjà dans d'autres activités et devrait être la façon de repenser la société sans modération.


I) Quelle est la situation actuelle de l'industrie des sports nautiques ? Quels problèmes résoudre ?


Une présentation rapide


À 27 ans, j'ai réalisé mon rêve de concevoir pour une entreprise de sports nautiques, ONIX Foils, fondée avec Ian Avera à Tarifa. Malgré un départ de zéro, motivé non pas par des raisons financières mais par l'alignement avec mes valeurs et mon expérience dans l'industrie, j'ai investi un temps et une énergie considérables. Mon parcours a débuté en tant que jeune navigateur et véliplanchiste, compétiteur au niveau national et moniteur de voile pendant les périodes estivales. Une année au siège de Starboard à Bangkok a élargi ma perspective sur l'industrie des sports nautiques, notamment face aux défis posés par la COVID lors de l'essor du wingfoil. Pendant plus de trois ans chez ONIX, j'ai été impliqué dans tous les aspects, de la conception à la vente, contribuant également au développement du circuit pro de wingfoil (GWA) en tant que pratiquant puis juge, ce qui m'a procuré une compréhension approfondie du secteur des sports nautiques.


Quels sont les problèmes rencontrés par l’industrie des sports nautiques et pourquoi le marché est-il dysfonctionnel ?


  1. Recherche & Développement


Les pratiques de R&D dans l’industrie sont souvent sous-optimales, manquant d’efficacité, de rapidité, de qualité, de cohérence et de durabilité environnementale. En règle générale, les prototypes ne sont pas conçus, développés et testés au même endroit. Ils sont généralement produits en Asie et envoyés à des riders en Europe ou aux US pour être testés, un processus qui persiste depuis des décennies. Cette approche décousue soulève des inquiétudes quant à l'efficacité, à l'empreinte carbone et à l'optimisation géographique du processus de développement, surtout compte tenu des distances importantes impliquées, jusqu'à 10 000 kilomètres par trajet. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des foils, qui nécessitent une précision telle que seuls certaines entreprises peuvent fournir.


2. Production


75 % des marques font appel à de nombreux intermédiaires pour distribuer leurs produits. La chaîne classique inclus des revendeurs (pour un pays ou un petit groupe de comtés), des agents commerciaux et des magasins. Alors que le cout du matériel et la main d'œuvre ne représentent qu'une part relativement faible du prix public final lorsqu'ils sont fabriqués en Asie, le transport des produits vers les revendeurs, puis vers les magasins, coûte de plus en plus cher. Évidemment, chaque partie du train doit disposer d'une marge appropriée pour pouvoir travailler efficacement et couvrir des salaires de type « européen ». Cette longue chaîne pose de nombreux problèmes pour le client final et la marque :


  • La qualité des produits est souvent évaluée par les producteurs plutôt que par les concepteurs, ce qui entraîne des écarts entre la qualité de production prévue et la production réelle. Une stratification précipitée ou mal accomplie peut provoquer une délamination et des faiblesses internes dans les composites. La bonne utilisation des matériaux est vitale pour l’intégrité du produit, ce qui souligne la nécessité d’une attention méticuleuse aux détails.


  • La marque est trop éloignée du client final. Cela signifie qu'il est difficile pour un produit de faire des allers-retours entre un client qui souhaite retourner une pièce physique pour garantie, ou bien pour que la marque puisse la récupérer et trouver un autre client qui en a davantage besoin, en bon état. La production à grande échelle signifie également qu'il est très difficile pour un client de trouver le matériel le plus adapté à son niveau, son environnement et sa morphologie. En un mot, la personnalisation n'est pas possible. L’industrie de la chaussure illustre bien cette problématique. Il est évident que le pied de chacun est différent, ce qui souligne l'impossibilité d'un modèle unique adapté à l'ensemble de la population.


  • En conséquence, les produits ne peuvent souvent pas être retournés pour réparation ou remise à neuf. Au lieu de cela, ils finissent souvent cassés ou stockés dans des garages, devenant obsolètes une fois que de nouveaux modèles annuels sont lancés. Dans de meilleurs scénarios, ils sont vendus d’occasion via les réseaux sociaux ou chez les détaillants. Le retour du matériel au producteur devient économiquement irréalisable en raison de la distance ou des grandes quantités impliquées.


3. Commercialisation


Les shootings produits se produisent souvent dans des endroits éloignés des lieux de résidence des riders professionnels / de fabrication des équipements. Peu d'individus vivent à la fois dans des endroits comme Tahiti ou la Nouvelle-Calédonie et sont impliqués simultanément dans le design et la production d'articles de sports nautiques. Acheminer les matériaux et les passagers vers le même endroit nécessite des dépenses et des émissions de carbone importantes, généralement via des vols coûteux et dans des destinations pas représentatives des vraies conditions expérimentées par le consommateur final.


Le marketing réalisé sur les réseaux sociaux utilise également la plupart des outils capitalistes les plus développés pour inciter les gens à acheter du nouveau matériel et à surconsommer, sans aucun effort pour se rapprocher des besoins individuels réels des clients et de ce qu'il advient d'un produit après sa première vie. On peut aussi remettre en question la décision de privilégier les influenceurs « négatifs  » (je les classe comme des personnes qui n'influencent pas la société dans le bon sens : par exemple «J'ai besoin de parcourir le monde tout le temps et de prendre le plus d'avions possible, de m'amuser toute la journée, d'avoir tout gratuit pour réussir » ou «J'ai besoin d'être en forme, belle et de montrer mes fesses pour faire croire aux gens que c'est la seule façon de réussir ») au détriment des influenceurs "positifs" qui prennent soin de l'environnement et valorisent la transmission de leur passion avec les riders locaux.


En tant que marque et leader d'opinion, il est important d'éduquer les clients aux valeurs positives : Respecter l'environnement, Respecter les personnes que vous aimez, Recycler autant que possible pour réduire le gaspillage.



Enfin, comme la plupart des marques externalisent la production, elles doivent se concentrer sur la vente, ce qui implique de grosses dépenses de marketing qui ne peuvent être égalées par d'autres petites marques locales. Cela signifie qu'un client, même s'il est disposé à trouver un fournisseur local, aura du mal à le faire car il est conditionné par les médias et les magasins selon lesquels seules quelques grandes marques peuvent fournir les produits qu'il recherche. En un mot, c'est une grande propagande envers les plus grandes entités pour avoir le plus de visibilité et donner aux clients l'idée que seuls ces choix ont du sens.


Quelles sont les réponses des marques à ces problématiques ?



De nombreuses marques, reflétant les tendances plus larges de la société, préfèrent aborder les dommages environnementaux par le biais d'initiatives telles que la plantation d'arbres et la collecte des déchets, ce qui est louable. Cependant, s'attaquer au problème à sa racine en ne produisant que ce qui est précisément demandé pour minimiser les excès d'équipement reste hors de portée. Le modèle économique dominant privilégie une production continue pour maintenir les revenus, ce qui rend impraticable la réduction des quantités produites et l'optimisation du recyclage des produits. Cette approche ne résout pas le problème à sa source et est incompatible avec une approche visionnaire nécessaire pour un avenir véritablement durable.


Conclusion



Lorsque nous rassemblons tous ces éléments, nous pouvons clairement identifier que l’ensemble du système n’est pas sain mais ne peut pas être réparé de lui-même. L’industrie des sports nautiques agit comme une industrie de consommation de masse mais la demande n’est pas assez importante pour soutenir ce modèle, contrairement à d’autres biens comme les voitures, les téléphones, les vêtements ou la nourriture par exemple.




II) Quels sont les objectifs d'ONIX et pourquoi sommes-nous différents ?


Notre objectif est de résoudre tous les problèmes qui ont été exposés auparavant, en proposant une production locale, des fournisseurs et des matériaux locaux dans le spot le plus visité d'Europe : Tarifa.


En installant notre bureau ET notre centre de production à Tarifa, nous sommes statistiquement aussi proches que possible de la plus grande demande d'équipement nautiques en Europe. En effet, presque tous les amateurs de sports nautiques viennent à Tarifa pour découvrir des conditions de vent incroyablement fiables et des paysages épiques dans la célèbre et authentique Andalousie.


  • Une R&D efficace et la plus écologique possible

Les équipements sont conçus, développés, testés, modifiés, filmés, commercialisés, produits au même endroit.


Cela signifie que nous sommes en mesure de développer un nouveau produit en 2 semaines environ et qu'il peut être prêt à être commercialisé à l'international en moins d'un mois.



Nous utilisons des logiciels d'ingénierie de pointe, l'impression 3D avec des matériaux bio-sourcés, des moules CNC en bois au cœur du développement des prototypes. La personne derrière la conception est également celle qui réalise le prototype, ce qui n’a pas de valeur lors du développement d’équipements technologiques haut de gamme. Nous veillons à créer un nouveau produit uniquement s'il répond à un besoin valable des clients que nous rencontrons.





Une fois qu'un prototype est né, il suffit de marcher 500 m à la même personne l'ayant fabriqué pour tester l'équipement avec des prévisions de vent constantes presque tous les jours.





Exemple concret : notre dernier stabilisateur de 145 cm2 ; Nous avons commencé à le concevoir 2 semaines avant cette photo.


Aile de queue Onix Colibri - 145cm2
  • Un marketing efficace et le plus écologique possible


Dès que le produit est validé, le shooting peut être effectuée dans les incroyables paysages d'Andalousie. Dans un cercle de 50km depuis notre bureau on trouve une gamme complète de conditions, paysages, vagues, et vent largement suffisants pour réalisez le shooting parfait. Comme Tarifa est entièrement composé d'athlètes locaux et de cameraman poussant le sport au maximum, il est facile d'organiser une équipe de tournage rapidement, à moindre coût et avec la meilleure qualité possible.



Exemple concret : notre dernier shooting avec les riders locaux Nathan, Marco, Benji et Marie.


Nathan Berger s'amuse lors du shooting Onix réalisé à Tarifa

  • Une production personnalisée de haute qualité à la demande


Une fois le produit prêt à être vendu au consommateur, nos ingénieurs développent quelques outils pour optimiser la production. Nous ne construisons pas plus de stock que nécessaire et nous produisons sur demande. Une des conséquences directes est la possibilité de personnaliser la construction et les graphismes de la commande. Nous proposons au client les produits qui correspondent le mieux à son niveau et à la façon dont il navigue en modifiant le drapage s'il y a un besoin de rigidité ou de poids supplémentaire.


La façon dont nous produisons les pièces facilite la modification des graphismes car nous utilisons notre laser CNC pour découper des pochoirs afin de peindre les logos des clients sur les foils à partir d'un simple fichier PDF.


Les matériaux sont de haute qualité et les fournisseurs sont les plus proches possibles. Nous utilisons du bois autant que possible afin de remplacer les moules en aluminium et les noyaux en mousse incroyablement polluants, en jouant avec les types de bois pour fabriquer des moules solides et des noyaux légers. La résine vient de France et le carbone d'Allemagne tandis que notre filament 3D biosourcé vient d'Autriche.


Le matériel est fabriqué par des ouvriers/stagiaires locaux venant d'écoles européennes, mais les parties les plus critiques de la production sont réalisées par le designer lui-même. Cela signifie que chaque produit qui sort de notre atelier a été conçu, (partiellement) construit et approuvé par la même personne.



Cela apporte une augmentation significative de la qualité de la production.




  • Un marketing efficace et le plus écologique possible


Dès que le produit est validé, le shooting peut être effectuée dans les incroyables paysages d'Andalousie. Dans un cercle de 50km depuis notre bureau on trouve une gamme complète de conditions, paysages, vagues, et vent largement suffisants pour réalisez le shooting parfait. Comme Tarifa est entièrement composé d'athlètes locaux et de cameraman poussant le sport au maximum, il est facile d'organiser une équipe de tournage rapidement, à moindre coût et avec la meilleure qualité possible.


Exemple concret : notre dernier shooting avec les riders locaux Nathan, Marco, Benji et Marie.



Une production personnalisée de haute qualité à la demande

Une fois le produit prêt à être vendu au consommateur, nos ingénieurs développent quelques outils pour optimiser la production. Nous ne construisons pas plus de stock que nécessaire et nous produisons sur demande. Une des conséquences directes est la possibilité de personnaliser la construction et les graphismes de la commande. Nous proposons au client les produits qui correspondent le mieux à son niveau et à la façon dont il navigue en modifiant le drapage s'il y a un besoin de rigidité ou de poids supplémentaire.


La façon dont nous produisons les pièces facilite la modification des graphismes car nous utilisons notre laser CNC pour découper des pochoirs afin de peindre les logos des clients sur les foils à partir d'un simple fichier PDF.


Les matériaux sont de haute qualité et les fournisseurs sont les plus proches possibles. Nous utilisons du bois autant que possible afin de remplacer les moules en aluminium et les noyaux en mousse incroyablement polluants, en jouant avec les types de bois pour fabriquer des moules solides et des noyaux légers. La résine vient de France et le carbone d'Allemagne tandis que notre filament 3D biosourcé vient d'Autriche.


Le matériel est fabriqué par des ouvriers/stagiaires locaux venant d'écoles européennes, mais les parties les plus critiques de la production sont réalisées par le designer lui-même. Cela signifie que chaque produit qui sort de notre atelier a été conçu, (partiellement) construit et approuvé par la même personne.



Cela apporte une augmentation significative de la qualité de la production.


  • Partenaires locaux et communauté locale


Nous nous sommes associés à de nombreux collaborateurs différents pour proposer autant d'offres locales que possible. L’idée est de créer du bénéfice et du travail non pas en dévalorisant nos voisins, mais en leur donnant plus de travail et de revenus.



  • Les housses sont confectionnées à 100m du magasin par notre ami Kuba, réparateur de voiles expérimenté.

  • Les planches sont proposés dans 2 constructions différentes par les célèbres shapers locaux Alex de Tarifa Foil Boards et Francis de Bilboa.

  • Les athlètes et équipes de tournages sont locaux de Tarifa.

  • Nous achetons notre stock d'outils de production quotidienne dans des magasins situés à moins de 200 mètres du bureau.

  • Nous travaillons avec des écoles locales telles que l'école internationale de Sottogrande pour transmettre nos valeurs et nos connaissances à nos jeunes en les invitant à des ateliers.

  • Lorsque cela est possible, chaque client est invité à construire son produit avec nous, notamment la partie de stratification. Cela permet aux gens de comprendre ce qu'il y a à l'intérieur du produit, les coûts et les efforts nécessaires pour créer un foil et donc sa valeur.  Cela donne également aux gens la possibilité de mettre la main à la patte de leurs propres produits, une sensation vraiment authentique et agréable puisqu'ils naviguent sur un produit qu'ils ont eux-mêmes conçus par la suite.

  • Via ce modèle de production, les locaux produisent pour les locaux et on retrouve une relation plus étroite entre la « production » et le "service». On retrouve un fonctionnement plus sein et du travail pour tous les profils, où le talent manuel et l'artisanat sont évalués à juste titre.


Seconde vie et reconditionnement


Parce que notre production est proche du client sans intermédiaires, il est possible de récupérer le matériel. Il est même possible de rendre cette récupération économiquement rentable à la fois pour la marque ET pour le client. Comment est-ce possible ? Via notre programme d'échange Onix.


L'idée est simple. Lorsque vous achetez du matériel, vous pouvez soit l'acheter neuf (première vie), soit reconditionné (x vie) à un coût moindre. Si l'équipement est endommagé mais toujours réparable il peut être réparé en moins de 2 semaines à un coût minime. Lorsque le client ressent le besoin de changer de matériel car son niveau ou sa pratique ont évolués, nous lui proposons de « racheter» son matériel et de lui vendre son nouveau matériel avec une remise plus ou moins importante.


Plus il le restitue dans un meilleur état, plus la remise est importante. Cela signifie que le client est directement responsable du bon entretetien de son équipement afin d'obtenir la remise la plus importante possible. C'est gagnant-gagnant.


Ce concept a quelques limites dans la façon dont il peut être présenté théoriquement sur les réseaux sociaux ou sur notre site internet, et c'est véritablement en échangeant directement avec chaque individu et au cas par cas qu'il prend tout son sens.


Une fois que le client a rendu l'ancien produit et en a reçu un nouveau, nous nous chargeons de le reconditionner et de le rendre aussi neuf que possible. Comme la qualité initiale est accrue, il est facile de profiter de la grande durée de vie du produit.






III) Conclusion


David contre Goliath, surconsommation contre production locale ; Devons-nous continuer dans la même direction et essayer de résoudre les problèmes une fois qu’ils se sont manifestés ou choisir de prendre le taureau par les cornes comme on dit en Andalousie. ONIX est plus qu'une marque, c'est un projet et un cas concret d'une affirmation selon laquelle notre société toute entière doit être réformée. Nos valeurs doivent changer et nous devons comprendre que dès que nous achetons local, nous nous soucions d'autant plus de notre entourage et de nous-mêmes. Toutes les religions s'accordent sur ce point: donner apporte plus de joie que recevoir, et notre concept permet de bien prendre soin de tous et de la planète. Tout n’est pas parfait, mais si chaque entreprise essayait de se rapprocher d’au moins 50 % de ces concepts, il y aurait beaucoup moins de problèmes dans ce monde.


Auteur : Sam Carentz





470 views0 comments

Comments